Veuillez activer Javascript pour une meilleure lecture!
avion

Il installe un vieil avion dans son jardin, les impôts lui réclament les taxes d’aéroport

Actualités 5 commentaires sur Il installe un vieil avion dans son jardin, les impôts lui réclament les taxes d’aéroport
Print Friendly, PDF & Email

Bordeaux – C’est une histoire totalement incroyable que Lucien Miremont raconte aujourd’hui à toute la presse régionale d’aquitaine alors qu’il brandit devant les yeux ébahis des journalistes, le document des services des impôts qui lui réclament 17 ans d’arriérés de taxe d’aéroport pour sa carcasse de Boeing 727 installée dans son jardin.

Passionné par l’aviation et les avions, Lucien avait acheté à une compagnie aérienne aujourd’hui disparue, la carcasse de ce Boeing 727 qui déjà, ne volait plus depuis de nombreuses années au moment où il l’avait transporté sur le terrain qui jouxtait sa maison, dans la région bordelaise. Il avait dans un premier temps pensé à en faire une maison d’hôtes puis avait renoncé et avait alors aménagé l’intérieur en chambre d’amis. C’était en 1997 et Lucien n’imaginait pas, à cette époque, qu’il recevrait, 17 ans plus tard, la visite d’un contrôleur fiscal qui viendrait lui réclamer autant d’années d’arriérés de paiement de taxe d’aéroport pour un appareil posé dans son jardin. L’homme des impôts n’a rien voulu entendre ni même comprendre. Même si l’appareil n’a plus de moteur et qu’il ne vole plus, pour lui, le jardin était devenu un aérodrome et Lucien devait s’acquitter des sommes que réclame l’état à tout propriétaire d’une surface aménagé où stationnent des appareils volants, qu’ils volent encore ou non. Lucien n’a pas le premier sous des 1.145.000 euros qui lui sont demandés et n’a aucune idée de la manière de pouvoir les payer. Il a pensé un instant à faire une souscription ou un projet de crowdfunding mais y a renoncé lorsque le contrôleur lui a confirmé qu’il devrait également payer des impôts et taxes sur les sommes récoltées. Quelques semaines plus tard, c’est la DGAC, la Direction Générale de l’Aviation Civile, qui est arrivée sur place et Lucien a alors écopé d’une forte amende pour tout un ensemble de non-conformités de son aéroport et la contrainte de se mettre aux normes dans les trois mois. Il a maintenant l’obligation de faire passer par un scanner de détection, toutes les personnes qui entrent chez lui ainsi que leurs bagages et doit vérifier qu’ils ne sont pas sur une liste noire des compagnies aériennes.

Lucien l’a juré. Il va se débarrasser de cette carcasse à la première occasion. Il peste contre ces tracasseries de l’administration française et a promis de ne plus s’y laisser prendre. Dès qu’il aurait l’argent nécessaire pour faire recycler l’épave de son avion et faire dépolluer le terrain, comme les services de l’équipements le lui demandent sous peine d’amende, il mettra un terme définitif à toute cette belle histoire.

Article Liés

5 commentaires

  1. Jean-Marc 23 août 2018 à 16 h 29 min

    Je le crois pas!
    Si il le possède toujours je suis preneur:
    JM

  2. Javaletoutmdr 1 février 2015 à 9 h 06 min

    Fake…mdr

  3. gilles 29 janvier 2015 à 21 h 07 min

    on croit rêver quelquefois, mais non, c’est la réalité, il existe vraiment des cons qui sont là pour emmerder les autres !

    • bob 5 février 2015 à 11 h 05 min

      Mais non ce n’est pas vrai c’est comme le Gorafi c’est un site satirique.

Laisser un commentaire

La date de nos articles est bloquée au 1er Avril, sauf le 1er Avril où elle passe au 32 Mars. Tous nos articles sont ©radiocockpit et ne peuvent être reproduits librement.
Suivez-nous sur FB ou Twitter. C'est gratuit. Sinon, nous enverrons des démarcheurs des Témoins de Jéhovah chez vous.

Retour à l'Accueil

Bear